Environnement

À l’échelle globale on scénarise des modifications de la circulation des océans, un changement du climat catastrophique, une perte de biodiversité et des dommages irréversibles sur l’agriculture dans les écorégions les plus affectées. Dans certaines régions, comme l’Europe de l’Ouest et le Bangladesh, les dommages pourraient se révéler extrêmes, à cause de la perte du réchauffement  et la montée des océans au niveau mondial respectivement. On redoute aussi des apparitions plus fréquentes de phénomènes climatiques destructifs, et les experts en risque des compagnies d’assurance ont exprimé leurs craintes, demandant que soit appliqué à ce sujet le principe de précaution. Des estimations reconnues par le GIEC et par certains groupements d’assurance élèvent à 3,5 milliards le nombre de personnes qui pourraient être touchées par des pandémies, la disparition de sources d’eau potable et d’autres impacts possibles.

Cet article a été publié le Lundi 4 juin 2007 à 17:34 et est catégorisé sous Non classé. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

Laisser un commentaire


cours pour les smi |
Le géoblog de quaternaire |
tsnouak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Historia
| EXO-CONTACTS
| nouvelle vision